11
agences
agréées par
l’UFAAP partout
en FRANCE en savoir plus

RETOUR AUX ARTICLES

LE BLOG UFAAP

Toutes à l’école : une association soutenue par l’UFAAP

Association fondée en 2005 par la journaliste Tina Kieffer, Toutes à l'école permet à de jeunes Cambodgiennes démunies d’être scolarisées. Ces enfants sont accompagnées tout au long de leur scolarité et de leur parcours universitaire afin d’accéder à un métier dans lequel elles pourront s’épanouir. L’école, située à 12 kilomètres de Phnom Penh (capitale du Cambodge) scolarise plus de 1300 élèves et 100 nouvelles petites filles y sont inscrites chaque année. La scolarisation des filles étant l’un des grands enjeux de ces dernières années et de celles à venir, L’UFAAP est fière de soutenir l’association Toutes à l’école et de vous la présenter.

Article publié le dimanche 1 septembre 2019


Sa mission

Toutes à l’école a pour but de permettre aux petites et jeunes filles les plus précaires d'accéder à un niveau d’instruction de qualité, et ce, sans contrepartie financière. Les élèves sont prises en charge de manière globale, en passant non seulement par l’éducation mais également par l’alimentation et le suivi médical. Il est alors possible pour ces jeunes filles d’envisager et de prétendre à un avenir différent puisque dans leur région, la plupart des habitants vivent de l’agriculture, de la cueillette ou de la pêche.

L’école, Happy Chandara, est un réel campus qui comprend une primaire, un collège, un lycée, un internat, un centre de formation professionnelle et un centre médico-social. Récemment, un foyer a ouvert à Phnom Penh permettant d’accueillir les élèves poursuivant des études supérieurs.

Une école de permaculture enseigne également aux habitants à proximité les pratiques d'une culture saine, dans une région où l'usage des pesticides est devenue une habitude.

Les enjeux

On compte dans le monde 774 millions d'adultes analphabètes, dont 2/3 de femmes*.

Les filles, les femmes, dans le monde entier et en particulier dans les pays comme le Cambodge, où 31% de la population vit sous le seuil de pauvreté, continuent d’être discriminées pour être nées filles. Elles se retrouvent alors prédestinées aux tâches domestiques ou doivent travailler pour aider leurs proches, même dès leur plus jeune âge. Lorsque les familles peuvent subvenir aux frais de scolarité de certains de leurs enfants, elles font le plus souvent le choix d’envoyer leurs garçons étudier.

La scolarisation des filles et des jeunes femmes est un enjeu majeur, d’autant plus lorsqu’elles vivent dans la précarité. Leur permettre d’accéder à une éducation peut les aider à trouver un emploi, mais pas seulement : par la scolarisation, elles pourront également s’émanciper, prendre confiance en elles et en leur potentiel, construire leur avenir.

Le niveau d’instruction des filles signe également, comme le précise Toutes à l’école, le degré de liberté et de démocratie d’un pays.

Pour les soutenir

Pour soutenir l’association, il est possible de parrainer l’école ou bien plus particulièrement un élève, d’adhérer à l’association ou de faire un don. D’autres initiatives sont mises en place par les soutiens de l’association afin de récolter des fonds suffisants pour faire vivre l’école, comme par exemple une collection de vêtements chez Caroll dont l’intégralité des bénéfices est reversée à Toutes à l’école.

N’hésitez pas à suivre toute leur actualité ici.

Nous profitons également de cet article pour souhaiter à Chanrat, une des élèves de l’association qui a dû récemment faire face à une maladie grave, un bon rétablissement et lui apporter tout notre soutien.

 

* Chiffres : Unesco : http://www.unesco.org/new/fr/unesco/events/prizes-and-celebrations/celebrations/international-days/international-womens-day-2014/women-ed-facts-and-figure/