11
agences
agréées par
l’UFAAP partout
en FRANCE en savoir plus

RETOUR AUX ARTICLES

LE BLOG UFAAP

Non, les au pairs ne sont pas des travailleurs domestiques !

A l’occasion de la Journée Internationale des travailleurs domestiques, une tribune a été publiée sur le site du journal « Le Monde » dénonçant l’insuffisante prise en considération de ces travailleurs et militant pour une meilleure protection des droits de ces derniers.

Article publié le mardi 21 juin 2016


La défense d’une cause à laquelle nous ne pouvons, bien entendu, que nous associer ! Toutefois, le collectif ayant pris la parole via cette tribune, s’est permit d’assimiler les « au pairs » aux « travailleurs domestiques », deux rôles diamétralement opposés et qui ne peuvent sérieusement pas être évalués au même niveau. C’est pourquoi, en qualité de Présidente de l’Union Française des Agences Au Pair (l’UFAAP) et avec l’aval de tous ses membres, je m’oppose aux propos diffamatoires et choquants parus dans la tribune « Qu’attend la France » pour protéger « les travailleuses domestiques » du 16/06/2016. Il n’est pas légitime que le secteur des séjours au pair ait à pâtir, à tort, des propos visant un secteur auquel il n’appartient pas. A ce titre, il nous paraît donc nécessaire d’apporter quelques clarifications en répondant aux allégations du collectif auteur de cette tribune, voici notre réponse à leur attention :

Le séjour au pair est un programme d’échange culturel

Contrairement à vos affirmations, l’accueil d’un jeune au pair est un échange culturel et non un travail domestique et nous vous serions par conséquent reconnaissants de ne pas associer les « travailleurs domestiques » avec « l’accueil d’un jeune Au Pair ».

Le terme « Jeune Au Pair » se rapporte à un jeune homme ou une jeune fille étrangère, venant en France pour améliorer ses connaissances du français en partageant la vie d’une famille. Il s’agit donc d’un échange culturel et non pas d’un travail dans lequel la personne serait en « posture de domination » subissant des « violences de toutes sortes », ce que vous semblez prétendre !

De plus, ses horaires sont aménagés de façon à lui permettre de suivre des cours de français et rencontrer d’autres jeunes partageant la même expérience, comme pour tout autre programme d’échange culturel et linguistique.

Le stagiaire aide familial étranger doit avoir une chambre individuelle, nourri et bénéficie d'une somme d'argent de poche. Sa présence auprès des enfants ou dans la maison ne doit pas excéder 5 à 6 heures par jour.

Les placements au pair en France sont encadrés par un accord européen spécifique

Contrairement à ce que vous affirmez, les placements en France sont encadrés : régis par l’accord européen sur le placement au pair du 24/11/1969. Les familles ayant l’obligation d’établir un accord de placement entre le jeune au pair et la famille définissant les missions, les horaires et le montant de « l'argent de poche » généralement compris entre 264,00 € et 316,8 € par mois ; enfin, le stagiaire aide familial étranger relève du régime général de la Sécurité sociale et de la caisse de retraite complémentaire des salariés.

De leurs côtés et toujours contrairement à ce que vous affirmez, les familles ont un statut d’employeur et déclarent leur jeune au pair auprès de l’URSSAF et font la demande d’immatriculation à la sécurité sociale.

Pour conclure, vous conviendrez donc, au regard de ces éléments, qu’il y a bien une distinction à faire entre « travailleurs domestiques » et « au pairs », et que par conséquent, les problématiques des uns ne peuvent légitimement être imputés aux autres.

Pour en savoir plus sur les placements au pair, rendez-vous ICI.